Agences,  MARCHÉ

INTERVIEW – Marie Gabrié, Directrice déléguée de l’AACC dresse un bilan 2018 de « La Belle Compétition »

En 2014, les principales organisations représentatives des agences de communication – l’AACC (Association des Agences Conseils en Communication), l’ADC (Association Design Conseil), l’Evènement (Association des agences de communication événementielle), SYNTEC Conseil en Relations Publics, l’UDECAM (Union des Entreprises de Conseil et Achat Média) – et l’UDA (Union des annonceurs), lancent officiellement « La belle compétition ». Une question à cocher « Etes-vous adhérent à La belle compétition ? » est notamment intégrée au module d’appels d’offres Promoparis.

– Pourriez-vous vous présenter ?

marie_gabrie-AACC-Promoparis_frJe suis Marie Gabrié, Directrice déléguée de l’AACC (Association des agences-conseils en communication) et en charge du sujet « La belle compétition ». Notre association fédère environ 200 agences qu’elle représente auprès de l’ensemble de leurs partenaires et interlocuteurs, français ou internationaux : médias, annonceurs, pouvoirs publics, organismes professionnels. Sa mission est de défendre et promouvoir les métiers de la communication. C’est dans ce cadre qu’a été imaginée « La belle compétition » qui a pour objectif de créer un cadre plus vertueux pour les appels d’offres qui ont un impact très lourd pour les agences.

5 associations d’agences : l’AACC, l’ADC, LEVENEMENT, le SYNTEC Conseil en Relations Publics et l’UDECAM ainsi que l’UDA, organisation représentative des annonceurs ont corédigé « La belle compétition ».

– La belle compétition en 2018 ? En chiffres ?

176 agences et 41 annonceurs représentant environ 500 marques sont aujourd’hui signataires de « La belle compétition ».

– Qui sont les nouveaux signataires ?

La très grande majorité des agences AACC et des autres associations d’agences ayant déjà signé, les nouvelles agences qui rejoignent la démarche sont, depuis 1 an, surtout des agences-conseils en communication qui ne sont pas membres de l’AACC ou nos nouveaux membres. Concernant les annonceurs certains signent sous l’impulsion de l’UDA et d’autres sur les conseils de leur agence.

– De nouveaux objectif pour ce projet ?

La mise en place des bonnes pratiques prendra du temps, beaucoup de temps… il s’agit toujours et encore d’expliquer pourquoi un appel d’offres bien mené, dans le respect des agences, est le gage d’une relation efficace et pérenne. Ce document peut être partie intégrante d’une politique RSE d’entreprise, à chacun de prendre sa part de responsabilité dans la relation.

– L’évolution du projet ?

Comme de nombreux outils « La belle compétition » ne marche que si l’on s’en sert ! Les agences comme les annonceurs ne doivent pas hésiter à partager les critères sur lesquels ils s’engagent… et à jouer cartes sur table en toute transparence, responsabilité et sincérité, les 3 piliers de « La belle compétition ».

http://www.labellecompetition.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *